Communiquer pour les municipales de 2014

Drapeaux françaisComment organiser sa communication pour la campagne électorale des municipales de 2014 ? Quels outils mettre en place, avec qui et à quels moments les utiliser ? Et puis, est-il vraiment indispensable de communiquer ?

Vous êtes nombreux à visiter ce site internet à la recherche d’informations sur la gestion de l’information lors d’une campagne électorale. Je vous remercie très sincèrement de vos visites.

Dans cet article je ne prétends pas à l’exhaustivité ! Je souhaite juste aider les candidats qui n’ont pas les moyens de s’attacher les services d’un Directeur de la communication, en leur indiquant quels sont les réflexes à adopter pour communiquer efficacement, sans se ruiner, tout au long de leur campagne électorale.

Mais avant d’aller plus loin je dois répondre à la dernière question de l’introduction. Effectivement personne ne vous oblige à communiquer pour votre campagne. Vous pouvez très bien vous présenter à une élection politique et choisir de rester chez vous ; Pas de réunions publiques, pas de rencontres avec vos concitoyens, pas de tracts, pas de perte de temps avec les journalistes, quel confort ! Sachez simplement que si vous ne prenez pas en main votre communication, quelqu’un d’autre s’en chargera, votre adversaire politique dans presque tous les cas !

Communiquer pour une élection locale n’est au final pas bien compliqué ! Même s’il n’existe pas de recettes toutes faites, chaque cas étant particulier, les bases d’une communication maîtrisée est avant tout la somme d’actions à réaliser qui relèvent pour la plupart, du bon sens le plus élémentaire !

Pour la partie purement légale des documents de campagne (taille, couleurs, etc), c’est-à-dire les bulletins de vote, la profession de foi et l’affiche, quelques informations et pistes à suivre ont déjà été publiées dans : Rédiger sa profession de foi pour les municipales et les cantonales de 2008

Avant toute chose, intégrez bien que dans une campagne électorale, tout est communication. L’action politique, celle qui permet réellement d’intervenir sur le quotidien des gens, vient seulement une fois élu.

Comment attirer et garder l’attention de vos concitoyens sur votre liste ?

Ou comment donner raison à Sieur La Palisse ;o) :

1. Etablissez un programme digne de ce nom. Au début étaient les idées… et puis vint le moment de les organiser et de les coucher sur papier… Que le premier candidat qui n’en est pas à sa première campagne et qui n’a jamais séché devant une feuille blanche, lève le doigt !

Quelques pistes de réflexion : Si vous êtes un candidat sortant, appuyez-vous sur votre bilan et montrez en quoi il peut être amélioré et bonifié sur les 6 prochaines années.
Si vous êtes candidat entrant, montrez, chiffres, photos et témoignages à l’appui, en quoi le bilan du Maire sortant ne vous convient pas.
Exposez votre vision de la commune dans les 6 années à venir et surtout, expliquez comment vous comptez parvenir à vos fins (budget, choix politiques, etc).

Plus vous serez précis (sans tomber dans l’excès), plus vous serez crédible. Dans tous les cas prenez bien en compte une donnée intangible (et pas forcément formulée de manière politiquement correcte ci-après, je le reconnais), qu’avez-vous à offrir à vos électeurs en échange de leur bulletin de vote ? De la stabilité ? Un nouveau groupe scolaire ? Une baisse des impôts locaux ? Un meilleur accueil des nouveaux arrivants ? Des méthodes de gestion plus ouvertes et démocratiques ? Pour plus de clarté, insistez sur la mesure phare de votre programme et surtout, expliquez vos choix. Une élection n’est pas, contrairement à ce que beaucoup trop d’électeurs ont tendance à croire, un marché de dupes.

Combien de fois ai-je lu des programmes qui se résumaient à une seule chose… Je me présente parce que je veux être le Maire ! Vaste programme, n’est-ce pas ?

2. Développez et maintenez vos relations presse. Ayez de l’estime pour cette profession, les journalistes sont des êtres humains, comme vous. La plupart doivent traiter de sujets complètement différents d’un jour sur l’autre et ne sont donc pas forcément des spécialistes de la politique de la ville. Aussi soyez indulgent et faites preuve de patience et de pédagogie pour vous faire comprendre, le jeu en vaut vraiment la chandelle.
Utilisez les communiqués de presse uniquement lorsque vous avez quelque chose d’intéressant à dire comme annoncer une réunion publique ou faire une mise au point sur ce qui se dit… ou s’écrit. Soyez bref et concis pour la rédaction de vos communiqués de presse, leur objet est d’éveiller l’attention des journalistes, pas d’écrire les articles à leur place ! Encore une fois, la qualité vaut largement plus que la quantité. Votre communiqué doit répondre à des questions simples : Qui, quand, quoi et où ? N’oubliez pas vos coordonnées (à minima, nom du contact, téléphone, courriel et url du site internet si vous en avez un), elles doivent apparaître de façon lisible avec le nom de la personne qui recevra les appels et autres messages des journalistes.

Et si ça se passe mal avec certains canaux d’information ? Ne tournez jamais le dos à la presse ! Un quotidien local qui ne partage pas les idées d’un candidat et qui ne se gêne pas pour lui faire payer à chacune de ses publications est finalement monnaie courante. Cela existe dans tous les départements français, particulièrement là où un groupe politique est omnipotent depuis un moment. Généralement, ce parti a su développer autour de lui au fil des ans, un réseau bien « noyauté » et il est alors bien difficile de faire entendre sa voix. Ne cédez ni à la panique, ni au découragement et essayez autant que possible d’entretenir malgré tout, de bonnes relations avec ces journalistes. Restez vous-même, soyez pro et irréprochable et gagnez leur respect ou du moins atténuez leur animosité en leur montrant que vos propositions tiennent la route. Bref, vous n’avez pas le choix, vous devez être le plus CONVAINCANT possible sans vous laisser emporter par la passion (au risque en plus, de vous faire taxer d’illuminé). Adressez toujours un communiqué de presse ou mieux, un résumé écrit de ce que vous avez dit lors de vos entretiens.
Si malgré tous vos efforts cela ne suffit pas et que vous pensez faire l’objet d’une campagne de presse injuste voire diffamatoire, usez de votre droit de réponse, le respect ça se gagne aussi !

Le droit de réponse est très bien encadré dans notre pays. Sachez qu’il est très désagréable pour un journal et son auteur de s’y soumettre après un dérapage, car si votre droit de réponse est solidement argumenté, il sonnera comme un désaveu. Et comme le dit si bien le dicton populaire, « Chat échaudé craint l’eau chaude !« . Lire la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse (l’article 13 réglemente le droit de réponse).

3. Soignez votre rédactionnel. Un documen bourrer de phautes dortografe et de contrepèterie peu faurtement n’uire àvotre crédulité((1)). Ne versez pas dans le sensationnel et le lyrisme, laissez aux journalistes et autres experts (toujours très nombreux en ces périodes…) le soin d’utiliser des adjectifs pompeux à votre endroit ou celui de votre programme s’ils le désirent. Restez concentré sur vos objectifs et essayez autant que faire se peut, de prendre de la hauteur dans vos écrits. Je ne vous le répèterai jamais assez, soyez précis, basez-vous sur des faits et employez un langage accessible à tous. Mettez en avant les points forts de votre programme et soulignez de temps en temps les points les plus faibles de celui de vos adversaires (il s’agit de parler de votre équipe, de votre programme, pas d’attirer l’attention sur vos adversaires en les stigmatisant).

4. Ne mégotez pas sur la photographie. N’improvisez pas les photographies, faites appel à un professionnel. La plupart des électeurs, plus particulièrement ceux des grandes villes, ne pourront mettre un visage sur votre candidature qu’à partir de ces photos. Quelle attitude adopter sur vos photographies ? Privilégiez la simplicité, la proximité, le naturel. Fuyez les mises en scène ronflantes qui donneront de vous une image condescendante et pas franchement dans l’air du temps. Faites réaliser les portraits photo de tous vos colistiers dans le même environnement et sur le même fond (uni ou décor), cela viendra renforcer l’image d’une équipe « soudée » autour de votre candidature.

5. Utilisez internet mais n’attendez pas tout de cette technologie. Si vous avez la chance d’avoir les moyens financiers ou les compétences dans votre entourage, utilisez les NTIC((2)). Un blog doté des fonctionnalités de newsletters suffit((3)). Alimentez-le régulièrement d’articles pour présenter votre programme ainsi que vos actualités de campagne. Comme tous documents d’informations, prenez soin de ne pas publier d’objets rédactionnels soumis au droit d’auteur, notamment des photographies, des coupures de presse, des vidéos, etc, sans l’accord écrit du ou des auteurs. Affichez votre nom de domaine (www.mondomaine-a-moi.fr) sur tous vos documents, même les plus insignifiants.

6. Adoptez une charte graphique sobre. Même s’il ne faut surtout pas abandonner l’humour lors d’une campagne politique, évitez les chartes graphiques criardes et les supports de communication trop luxueux, ce n’est pas carnaval ! De plus cela vous serait vertement reproché par vos propres soutiens ! Comme pour la photographie et le rédactionnel, faites appel à un professionnel si vous ne vous sentez pas à l’aise dans la pratique des métiers de la communication.

7. Faites imprimer vos documents et distribuez les vous-même. N’improvisez pas l’impression de vos documents officiels. Grâce aux progrès technologiques il est possible de faire imprimer vos documents officiels((4)) à des tarifs très compétitifs, PRO-FI-TEZ-EN ! Réservez les photocopies pour les tracts à distribuer au fil de l’eau. Si vous vous présentez dans une commune de moins de 15 000 habitants privilégiez la distribution de vos tracts par les membres de votre équipe et par vos supporters. Non seulement vous ferez de réelles économies mais en plus vous garderez un lien direct avec la population. En allant au contact de vos concitoyens, même pour une distribution en boîte aux lettres, vos distributeurs bénévoles vous feront remonter de précieuses informations émanant de la bouche même de vos futurs électeurs.

8. Préparez soigneusement vos réunions publiques. Voilà sans doute l’exercice de communication le plus redouté des élus et de leur entourage. Ne paniquez pas si vous pensez n’avoir aucun talent d’orateur. Certes le verbe est important, mais le naturel et la sincérité priment.((5))
Le meilleur moyen de ne pas vous planter, c’est de bien préparer votre intervention. Choisissez les sujets que vous souhaitez aborder tout au long de votre meeting et bossez les à fond puis répétez votre discours comme si vous y étiez !

Bonne chance

Frédéric Joncour

Besoin d’une prestation ou d’un conseil ? n’hésitez pas à nous contacter.

 

  1. Lire : crédibilité [retour]
  2. Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication [retour]
  3. inscription/désinscription, préparation et envoi de mailings [retour]
  4. Profession de foi, bulletin de vote et affiche [retour]
  5. Si en plus vous arrivez à placer une pointe d’humour de ci de là, c’est parfait [retour]

To the official site of Related Posts via Categories.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.