Municipales 2014 : Candidats, il est temps de publier votre site internet

Même (et surtout) si votre liste n’est pas encore au complet, c’est le moment de signaler votre volonté de vous impliquer dans les municipales de 2014… Et quoi de plus sympa que de le faire en mettant en ligne votre site internet, en y exposant les grandes lignes de votre projet, en y faisant appel aux bonnes volontés et en profitant de l’occasion pour faire parler de vous dans la presse ?

La mise en ligne d’un site internet en bonne et due forme exige de nombreuses connaissances, tant techniques que rédactionnelles qui dépassent largement le cadre de cet article. Le but ici est de vous montrer l’une des voies possibles, à peu de frais, si toutefois vous avez la possibilité de vous entourer des compétences requises.

Un site internet ? Mais pourquoi faire ?

N’attendez pas de miracle d’internet, vous devez être présent sur la toile et y être actif un point c’est tout. Gardez à l’esprit que le web est un outil de communication parmi d’autres, certes très prisé mais rien de plus ! Aussi ne soyez pas tenté de privilégier ce média d’information à tout autre, ce serait une erreur. Une campagne politique pour un mandat local à fortiori pour une municipalité de taille modeste, moins de 15 000 habitants, devrait se dérouler avant tout au contact des électeurs, dans la rue ou lors de manifestations, dans vos réunions publiques et par la distribution de tracts sur les marchés et en boîtes aux lettres.

Internet vous permet de diffuser des informations en temps réel à moindre coût. Il permet aussi et surtout de diffuser des photos et des vidéos très appréciées du public ! Il offre aussi l’avantage de rassembler et d’informer facilement vos sympathisants par le biais d’une newsletter((1)). Enfin si désormais internet est bien ancré dans les habitudes et ne donne plus un coup de jeune à votre candidature comme il y a quelques années encore, soyez assuré qu’il vous donnera toujours un coup de « moins vieux » si vous êtes présent sur la toile((2))

Mettre sur pied une équipe « commando »

Internet est sans doute le dernier canal d’information, et le premier depuis longtemps, où les « petits » candidats peuvent rivaliser sans complexe en matière d’audience avec les grands. Qu’est-ce qui fait la différence alors ? La matière grise et la motivation ! Savoir s’entourer pour bien communiquer sur le web est primordial. Pas besoin d’un staff pléthorique ! Au contraire, une poignée de personnes bien choisies et motivées suffit :

  • Un responsable informatique orienté internet capable de gérer l’hébergement d’un site et la réservation d’un nom de domaine, de modifier du code HTML pour personnaliser les modèles de pages et de dépanner le site si nécessaire ;
  • Un rédacteur en chef « multi-casquettes » possédant de vrais talents de rédacteur pour le web, pouvant gérer l’iconographie et la recherche documentaire et ayant les connaissances juridiques de base en matière de publication ;
  • Un ou deux re-lecteur(s) de confiance pour corriger les fautes de français (orthographe et grammaire) avant publication ;
  • La tête de liste pour définir la stratégie éditoriale du site avec le rédacteur en chef et donner son accord à la mise en ligne des nouveaux articles.

Rassembler les premiers éléments à publier

Comme il s’agit de lancer votre campagne, vous devriez avoir assez peu d’informations à communiquer pour le moment. Présentez la tête de liste qui est l’initiateur du projet en général (biographie). Préparez une page « nous contacter » où toutes vos coordonnées et un formulaire de contact figureront, consacrez une page à votre vision de votre commune à l’horizon 2020 (il ne s’agit pas encore de votre programme), commencez à sérieusement réfléchir aux contenus de votre newsletter et à sa fréquence d’envoi et enfin, préparez une page dédiée au recrutement de bonnes volontés (que ce soit pour postuler dans votre liste ou pour vous prêter main forte tout au long de la campagne).

Attention aux précautions d’usage en matière de droits d’auteur, assurez-vous de ne pas diffuser de documents relevant du droit d’auteur (musique, photo, vidéo, article ou extrait d’article de presse, etc) sans autorisation écrite de l’auteur ou de ses ayants droits.

Choisir un hébergement et un nom de domaine

Choisir un hébergement n’a finalement rien de bien compliqué tant que vous restez sur les grands classiques de l’hébergement. A ce jeu nous pouvons vous conseiller des sociétés comme ovh, 1&1 et amen. Il existe aussi un hébergeur de taille plus modeste que ceux pré-cités, il s’agit de Celeonet pour lequel nous avons un petit faible (voire même un gros faible). Bien que plus chère, nous apprécions cette entreprise française, dont les serveurs sont installés en France((3)), pour la qualité de leurs prestations en général et de leur assistance technique en particulier. Un hébergement d’un an suffit pourvu qu’il dépasse de quelques jours/semaines la date du second tour (probablement le 16 mars 2014).

Choisir un nom de domaine est un brin plus casse-tête… De lui va dépendre une part non-négligeable de votre identité sur le web. Le mieux est qu’il reprenne dans la mesure du possible l’esprit de votre slogan associé au nom de votre ville, ou encore le nom de la tête de liste, les dates du scrutin, etc.
Pour un référencement optimal, préférez un nom de domaine en .fr. sinon optez pour le .org (organisations non gouvernementales).

A propos du choix d’un slogan pour votre campagne. Rédiger un slogan qui soit concis et explicite n’est pas chose aisée en politique et la tentation d’en choisir un « bateau » est souvent grande. Évitez dans la mesure du possible des slogans du type « Ma ville ensemble » ou encore « Ensemble pour ma ville ». Cela ne résume pas un programme mais une intention commune à tous les candidats…

Choisir un moteur de publication (wordpress et SPIP)

Le web regorge de logiciels libres gratuits et bigrement bien pensés pour publier des informations de toutes natures. Parmi ceux-ci, deux retiennent toute notre attention : WordPress l’international facile à prendre en main et SPIP, le pur produit made in France, facile à prendre en main pour le rédacteur, mais plus complexe à personnaliser (design).

WordPress est un logiciel libre destiné à la publication de billets (blogs).

Wordpress, un système de publication à la pointe.

WordPress, un système de publication à la pointe.

Vous l’avez certainement deviné via la capture d’écran ci-dessus, WordPress est le moteur de publication utilisé pour ce site internet. Les avantages de WordPress sont nombreux : une communauté francophone très réactive (notamment un forum gratuit d’entraide très performant basé sur la solidarité), une architecture solide et sécurisée, une très grande richesse de fonctionnalités, des modèles de pages HTML à télécharger à foison et relativement aisés à personnaliser, etc. Pour en savoir plus un petit tour par le site francophone de WordPress est vivement recommandé.

Bon à savoir. WordPress s’est imposé en quelques années comme un incontournable de la publication en ligne à tel point qu’il est proposé comme service gratuit « prêt à installer en un clic » par tous les hébergeurs dignes de ce nom.

SPIP est, cocorico, le plus français des systèmes de publication pour l’internet.

L'interface de rédaction de SPIP.

Le formulaire pour la rédaction d’articles dans SPIP, en cours d’édition.

Nous avons découvert l’usage des CMS (Content Management System) par le biais de SPIP au milieu des années 2000 et ce fut un véritable coup de foudre… Nous l’utilisons pour notre site internet consacré à la photographie de peinture. SPIP est un logiciel de publication orienté magazine en ligne. C’est un véritable modèle de précision, de concision et d’efficacité pour les rédacteurs et les rédacteurs en chef (administrateurs de rubriques) avec une organisation du flux de publication très professionnelle (et hiérarchisée) comme on en trouve dans les vraies rédactions de journaux (chaque utilisateur à un rôle bien défini et ne peut outrepasser les droits qui lui sont attribués).

Le revers de la médaille… SPIP est un logiciel francophone développé par des francophones, il bénéficie de fait d’une base de développeurs beaucoup moins large que celle de WordPress. En conséquence avec SPIP vous allez directement à l’essentiel ; toutes les fonctionnalités existent au travers de plugins mais sans de multiples variantes et donc de multiples et subtiles possibilités comme avec WordPress. De plus le faible nombre de modèles de page HTML disponibles vous oblige à développer vos propres modèles pour personnaliser un tant soi peu votre site, ce qui requiert in fine, de vraies compétences en développement web et plus de temps pour l’élaboration du site… Si vous attachez de l’importance à l’origine de votre CMS et que vous avez les compétences pour personnaliser les pages HTML (écriture de code en langage pseudo-html), SPIP se révèlera être un choix de premier ordre…

Adresse du site officiel de SPIP

Pour l’anecdote. En 2002 à l’initiative du Service Information du Gouvernement (SIG) décision fut prise de développer un CMS spécifiquement dédié aux administrations françaises. Ce logiciel s’appelait Agora et était alors développé et maintenu par le SIG, L’ANPE, le ministère de l’Emploi de la Cohésion sociale et du Logement, la DGME et le ministère des Affaires étrangères… Comme son nom ne l’indique pas, Agora était basé sur la version 1.7 de SPIP. Devant les progrès réalisés depuis par SPIP et les logiciels libres, le projet Agora a été abandonné en 2008 et SPIP fut tout naturellement recommandé aux administrations souhaitant prolonger leur expérience avec une plateforme de publication quasi identique au projet Agora.

Les pages annexes (facebook, twitter, etc)

Que n’entend-on à propos des réseaux sociaux… A en croire les « spécialistes » la vie ne serait tout simplement pas possible sans Twitter, Facebook et consorts… Vous croyez vraiment ? Les réseaux sociaux ont ceci de particulier : Ils sont fermés au public. Pour y découvrir les informations qui y sont publiées, les internautes doivent y ouvrir un compte et révéler une partie de leurs informations privées… Cela limite de beaucoup l’intérêt de tels réseaux pour une campagne municipale, encore plus si vous vous présentez dans une commune de moins de 100 000 habitants, soit l’écrasante majorité des communes françaises !

Abordez les réseaux sociaux comme un lieu ludique, pas comme un passage obligé et incontournable ! Avoir une page Facebook c’est bien et cela évite que d’autres le fasse à votre place, y perdre votre temps c’est inutile. Là où les réseaux sociaux prennent tout leur sens c’est quand il s’agit d’élections dont l’enjeu se situe au moins au niveau d’une très grande ville, d’une très grande circonscription, d’un département entier, etc.

Référencer le site sans tarder

Le référencement c’est le nerf de la guerre ! Être présent sur le web ne vous garantit nullement d’être visible et bien placé dans les moteurs de recherche… Et au fait, qu’est-ce que le référencement au juste ? Le référencement c’est l’ensemble des actions à réaliser pour être indexé par les moteurs de recherche et être bien placé dans les résultats de recherche des internautes (qui souhaitent s’informer sur la prochaine élection municipale de leur commune ou sur votre liste par exemple)… Retenez ceci : Google est votre ami… A ceci près qu’il faudra le choyer si vous voulez qu’il vous le rende bien !

La première chose à faire dès que votre site internet est en ligne ET opérationnel est de trouver un ou plusieurs sites internet, eux-mêmes référencés par les moteurs, acceptant de faire pointer un lien vers l’une de vos pages (la page d’accueil étant souvent la plus appropriée). Cela devrait réduire de manière importante le délai de prise en compte de votre site par les moteurs de recherche. Multipliez autant que possible ces liens entrants par la suite. Il vous faudra aussi renseigner avec soin toutes les informations relatives à votre liste dans les endroits prévus à cet effet et qu’on appelle « balises méta ». Si vous êtes novice en la matière nous vous recommandons la lecture des articles sur le référencement publiés sur le site du Zéro.

Faire connaître son site par d’autres canaux que le web

Voilà enfin le moment tant attendu ! Il est grand temps d’annoncer l’existence de votre site internet et peut-être même conjointement, votre candidature…

Fendez-vous d’un communiqué de presse et assurez-vous qu’il réponde bien aux questions suivantes :
Qui, quand, quoi, pourquoi, où ? Puis transmettez-le aux correspondants de presse de votre commune. N’oubliez pas d’inscrire vos coordonnées précises ainsi que le nom de la personne désignée pour répondre aux demandes des journalistes (si ce n’est pas la tête de liste qui s’en charge).

De la même manière que vous avez créé votre communiqué de presse, créez un tract et faites le distribuer par les membres de votre équipe en boîtes aux lettres ainsi qu’au contact des électeurs (marchés, en ville, lors des toutes prochaines manifestations, etc).

Si ce n’est déjà fait par d’autres actions, vous voilà définitivement en campagne pour le plus grand bien de notre démocratie ! Toutes nos félicitations et bonne route.

Frédéric Joncour((4))

Besoin d’une prestation ou d’un conseil ? n’hésitez pas à nous contacter.

  1. Une newsletter est un courriel envoyé en nombre aux internautes qui se sont inscrit volontairement pour la recevoir. Elle les informe en général, des derniers articles publiés sur le site et des évènements à venir [retour]
  2. A condition naturellement de bien faire les choses [retour]
  3. Ce qui n’est pas négligeable pour un meilleur référencement [retour]
  4. Conseiller municipal de la ville de Carnoules et Conseiller Communautaire Cœur du Var de 2008 à 2014 (je ne renouvelle pas ma candidature pour 2014). [retour]

To the official site of Related Posts via Categories.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.