La technologie photo en voie de supplanter l’humain ?

Assurément la réponse est non ! Mais bon, venant d’un photographe professionnel le contraire eut été étonnant n’est-ce pas ? Je vais donc de ce pas essayer d’argumenter de manière raisonnée. N’hésitez pas à laisser votre point de vue via le formulaire au bas de cet article. La publication des commentaires est immédiate et mis à part les grossièretés et les attaques personnelles, il n’y a aucune censure.

Il n’est pas question d’écrire ici un plaidoyer « benêt » en faveur de ma profession mais bien d’argumenter sur le fait que la technologie ne peut pas tout ! Et qu’en matière de création photo elle peut au plus améliorer votre cliché, quand il ne s’agit pas de le sauver, mais certainement pas en être à l’origine((1)), sauf à faire le choix de la banalité ce en quoi je vous interroge : Pensez-vous que la banalité soit le meilleur moyen de valoriser les avantages concurrentiels d’une entreprise ?

Dicton du jour :
(à l’attention exclusive de ceux qui pensent qu’on est pas plus « couillon » que les Allemands)
A entreprises/services/produits pas banals, photos pas banales !

Une photo bien faite convertit un prospect en client

A l’heure du web 2.0 et du développement fulgurant du ecommerce qui peut prétendre le contraire ? Même à proposer un produit exclusif, sans concurrence et unique au monde comme a souvent su le faire Apple par le passé (qui ne s’est pourtant jamais exonéré d’apporter le plus grand soin aux images de ses produits même les plus innovants), l’image que vous donnez à voir de vous, de vos produits est déterminante dans l’acte d’achat de tous les consommateurs, professionnels comme particuliers.

La même chose est valable pour les relations presse des entreprises et autres collectivités… Les images de qualité ne convertissent pas seulement les prospects en clients, elles offrent aussi beaucoup plus de chance de convertir vos communiqués de presse en articles de presse…

Un photographe vous fait gagner du temps et de l’argent !

Atlante de Pierre Puget à Toulon

Moi, plus « couillon » qu’un Allemand ? Non mais ça va pas ! 🙂

Oui et je l’ai encore constaté récemment ! En rendant visite à l’un de mes prospects, il me crie famine dès le pas de sa porte franchi (et gracieuse charité tant qu’à y être…). Cette personne se plaint que son matériel photo pourtant tout juste acheté fait des photos floues… J’identifie immédiatement la cause… Mal conseillée par le vendeur, le zoom acquis avec l’appareil photo (le tout d’une valeur de 800 € tout de même) n’offre pas les spécifications techniques suffisantes pour assurer la mise au point en toutes circonstances, ça commence mal pour ce chef d’entreprise… Mais les choses ne s’arrêtent pas là ! En me penchant vers l’arrière boutique je m’aperçois que cette personne a aussi fait l’acquisition d’un PC haut de gamme (2000 €) et se vante d’avoir investit en plus dans la licence d’un logiciel de retouche photo haut de gamme (1500 €), preuve qu’avec tout ça selon elle, elle n’a pas besoin d’un photographe professionnel puisqu’elle est équipée comme tel ! Oui mais… Ses photos sont floues, mal exposées et présentent de sévères dérives chromatiques (l’enfer pour un infographiste qui doit rattraper tout ça), mal cadrées, et déformées (le zoom n’étant pas, malgré son prix, un foudre de guerre, il souffre en plus d’être incapable de faire la mise au point dans certaines conditions, de distorsions optiques caricaturales et autres joyeusetés)…

Juste par curiosité…Faisons l’addition de tout ces investissements et voyons ce que cela donne :
Appareil photo et zoom (800 €) + PC haut de gamme (2000 €) + logiciel de retouche photo haut de gamme (1500 €) = 4300 €

4300 € de dépenses pour produire des images qui au final tournent cette entreprise au ridicule dans un secteur professionnel qui ne pardonne pas ce genre de « goujaterie » (professionnels de l’art), mais où sont les économies ? Et encore, je ne tiens pas compte du temps qu’elle consacre à toutes les tâches de prises de vues et de post-production et qu’il conviendrait d’ajouter à cette dépense… Si cette personne avait fait le choix d’engager l’équivalent de cette somme en prestations photo j’aurai largement couvert ses besoins pour les 5 années à venir tout en lui délivrant des images qui viennent d’un autre monde par rapport à celles qu’elle produit actuellement ! Nom di Diou ! Des français plus « couillons » que les Allemands ça existe ?

Au bout du compte que lui restera-t-il dans 5 ans ? Une réputation ruinée et du matériel obsolète qu’il lui faudra entièrement renouveler ? Vous avouerez combien cette fausse idée que la technologie peut remplacer un professionnel débouche dans de nombreux cas sur un résultat désastreux !

Un photographe maîtrise des technologies complexes paraissant pourtant simplistes au commun des mortels !

C’est tout le dilemme de la photographie actuelle, depuis l’arrivée des technologies numériques, la photographie n’a jamais été aussi facile d’accès ! A tel point que beaucoup de décideurs pensent inutile de recourir aux services d’un professionnel, hélas ! Comme exposé au paragraphe précédent, la technologie ne fait pas tout, aucun matériel ne remplacera jamais l’œil et le savoir d’un expert !

La production et la réussite d’une photographie originale qui réponde aux attentes d’un commanditaire souhaitant se démarquer de la concurrence, passe par deux processus distincts : l’un artistique qui consiste en l’élaboration « sur le papier » d’un projet de création d’image, l’autre technique qui en est sa « réalisation technique ».
Pour la partie artistique de la création d’une image, l’expérience et la culture artistique du photographe sont indiscutables et jouent à plein ! La partie technique, elle, suggère dans bien des cas l’abandon des automatismes de l’appareil photo (ces automatismes qui font tant croire à beaucoup que l’intervention d’un professionnel n’est plus nécessaire) afin d’obtenir le résultat attendu par le client. Il convient alors au photographe, pour se substituer à ces automatismes, de connaître sur le bout des doigts toutes les composantes techniques((2)) de la création d’une image, de maîtriser le matériel de prise de vues qui va avec (appareil photo numérique, flash électronique de studio, logiciels photo, etc) et de connaître par cœur bien entendu, les contraintes des métiers de l’imprimerie et du multi-médias.

Besoin d’une prestation ou d’un conseil ? n’hésitez pas à nous contacter.

  1. Sauf évidemment pour les photos de traque animale ou les caméras cachées, quoique… [retour]
  2. Maîtrise de la lumière artificielle et des techniques de prises de vues, gestion de la température de couleurs, utilisation de formats de fichier sans compression destructive à la prise de vue et à la livraison en fonction de l’exploitation de l’œuvre, étalonnage de l’écran du PC, connaissance de logiciels de stockage et de retouche, renseignements iptc/exif des photos, etc [retour]

To the official site of Related Posts via Categories.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.